Robotique

L’année dernière, nous découvrions avec un certain étonnement le robot SpotMini, croisement bizarre et quelque peu alarmant entre un chien et une girafe, avec son bras articulé équipé d’une pince. Pensé pour un emploi domestique, ce robot quadrupède était capable de saisir les objets et faisait montre d’une agilité qui lui permettait d’évoluer dans un intérieur sans jouer les éléphants dans une enseigne de porcelaine. Comme à son routine, Boston Dynamics a choisi YouTube pour diffuser une vidéo montrant son nouveau prodige. SpotMini est par conséquent un robot quadrupède qui, à la différence de son aîné, n’est pas animé par un mécanisme hydraulique mais électrique, dont la durée est aux alentours de 80 minutes. Cette motorisation le rend beaucoup plus silencieux que tous les standards anciens, ce qui est primordial. Assurément, ce robot est le premier chez Boston Dynamics à être visiblement centré sur un emploi domestique. Cette objectif lui vaut son bras articulé équipé d’une pince qui le fait d’être la replique à un croisement entre un chien et une girafe. Comme le montre la vidéo accompagnant cet article, le robot est capable d’accomplir plusieurs de tâches délicates, comme par exemple de classer la vaisselle dans le lave-vaisselle. Il est agile, gravit les marches d’escalier sans encombre et peut se remettre sur ses pattes s’il chute. Par contre, il n’est apparemment pas très doué pour servir à avaler. Boston Dynamics, ancienne filiale du moteur de recherche revendue au Japonais SoftBank, vient de révéler une vidéo montrant une toute nouvelle version de SpotMini. Comme on peut le constater, l’évolution du designing est radicale puisque le robot a perdu son bras articulé. Gardons à l’esprit que ce modèle est le premier de la marque à être totalement électrique, ce qui certifie un fonctionnement plus silencieux.


SpotMini est à présent muni d’un carénage jaune qui lui donne une apparence un petit peu plus avenante. On remarque aussi la présence de deux nouveaux capteurs situés sur la face avant qui paraissent être des caméras 3D lui servant vraisemblablement à modéliser son lieu. Comme d’habitude avec ce type de démonstration de Boston Dynamics, on ignore si le robot se rend dans votre habitation de manière autonome ou s’il est télécommandé par un opérateur. La vidéo montre en tout cas d’importants progrès au niveau de la fluidité de déplacement. On appréciera aussi le travail des articulations au niveau des rotules lorsque SpotMini s’immobilise et se penche face caméra. Le clip se termine par la phrase coming soon, qui suggère soit une nouvelle démonstration, soit, sans doute, une commercialisation de SpotMini. Mais l’on aperçoit mal quelle est l’utilité concrète de ce robot dans sa disposition actuelle. C’est désormais une routine, Boston Dynamics adore faire sursauter la Toile en postant à l’improviste et sans le moindre commentaire des vidéos montrant les prouesses de ses bots. La dernière « surprise » du mois était un clip nous montrant les talents de gymnaste du robot humanoïde Atlas, capable de réaliser un salto arrière idéal. Mais la boite, qui appartient désormais au groupe japonais SoftBank après avoir été revendue par Alphabet, travaille aussi sur des bots quadrupèdes autant sophistiqués. En novembre dernier, nous avions découvert la dernière évolution du SpotMini, un robot chien d’une agilité extraordinaire.

Boston Dynamics ne bouqin aucune information sur la postérité commercial de ce nouveau robot. Mais sa présentation intervient à un moment essentiel. Assurément, il s’avère que Google, qui a acquis en de l’année 2013 cette entreprise qui vient de travaux menés au MIT ( Massachusetts Institute of Technology ), souhaiterait désormais s’en défaire. Un article de Bloomberg semblé en mars dernier expliquait que l’une des raisons majeures invoquée par les dirigeants du moteur de recherche était le fait que Boston Dynamics n’est pas en mesure de fournir en manque terme un article commercialisable. Mais ce n’est pas tout. Assurément, Google ne est pas très à l’aise avec le arôme potentiellement anxiogène de ces bots quadrupèdes et bipèdes. Gardons à l’esprit que Boston Dynamics travaillait initialement pour le compte de la Darpa.